foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


A la une

 

Interrogé sur France Info, le 5 mai, le secrétaire général du syndicat policier majoritaire Alliance, Jean-Claude Delage, a livré quelques informations sur la manière dont le gouvernement utilise les casseurs pour discréditer le mouvement social :

"Lorsque vous voyez des casseurs détruire les vitrines, saccager des panneaux publicitaires, se servir des tubes néons à l’intérieur pour attaquer les forces de l’ordre et que des policiers mobilisés sont en face d’eux et qu’ils doivent attendre une heure en face d’eux pour intervenir (…) on se demande bien pourquoi."
"Je pense que ça vise aussi à discréditer le mouvement social et syndical parce qu’évidemment, lorsque des syndicalistes manifestent contre un texte et qu’il y a des casseurs qui cassent tout dans le quartier, que les riverains sont exaspérés et que la police ne peut pas rapidement intervenir, et bien ça discrédite aussi quelque part le mouvement social" estime Jean-Claude Delage. 


http://www.bfmtv.com/societe/un-syndicat-de-policiers-denonce-les-consignes-recues-pendant-les-manifs-972088.html

Monsieur le préfet,

Nous dénonçons les agissements de la police et la stratégie de tension que vous mettez en place, bien secondé par votre directeur départemental de la sécurité publique, sur ordre du gouvernement.

Dans un récent communiqué, vous vous en prenez à des manifestantEs imaginaires qui s’attaqueraient (sic) à la police et aux journalistes. Vous prétendez ainsi justifier l’intervention répétée de la police contre les manifestations. En agissant de la sorte vous pensez diviser un mouvement pacifique et le couper de la population en créant des manifestantEs violentEs imaginaires alors que les citoyen-ne-s mobilisé-e-s ne le sont pas. Cette manipulation vise à détourner l’attention de la population de la réelle agression que constitue la loi travail qui tend à détériorer leurs conditions de vie quotidienne.

Lire la suite : Lettre ouverte au préfet du Calvados

Le gouvernement lâche les chiens contre la jeunesse

"La compagnie de CRS... en opération devant le lycée Rostand [a] à nouveau chargé, matraqué les élèves présents et lâché des chiens" voilà selon le journal Tendance Ouest comment le gouvernement de François Hollande fait de la jeunesse sa priorité et comment il répond à sa revendication d'être écoutée sur la loi Travail. Un peu avant au Lycée Jules Verne l'article indique "Une élève est restée à terre en faisant un malaise, les pompiers ont été alertés et sont venus la prendre en charge. Six élèves ont été interpellés, arrêtés, menottés et emmenés".

Lire la suite : Le gouvernement lache les chiens contre la jeunesse

Défendons nos libertés

Ces dernières semaines, des milliers de citoyens et de citoyennes sont descendus dans la rue pour manifester contre une loi qu’ils trouvent injuste et absurde. Ils manifestent contre la politique du gouvernement. Ces manifestations n'avaient rien d'illégal, ni de dangereux.

Non à la criminalisation du mouvement social et politique

Les violences policières contre les manifestants et plus particulièrement les jeunes qui s’opposent à la loi El Khomri de façon pacifique atteignent un niveau intolérable. Si c’est le cas au niveau national où par exemple à Lille on a vu la police charger à cheval, à Caen la répression atteint des sommets avec l’utilisation de la brigade cynophile contre des lycéens et de façon systématique de la brigade anti-criminalité qui a procédé à de nombreuses interpellations. En effet, lors des précédentes mobilisations de la jeunesse, ainsi que devant différents établissements scolaires, la police est intervenue de façon extrêmement violente contre des lycéen-nes et des étudiant-es.

Lire la suite : Déclaration unitaire condamnant la répression policière

Loi El Khomri : une loi pour vous pourrir la vie!

La loi Khomri, en réalité grossièrement rédigée par les équipes de Manuel Valls et validée par le président de la République, réserve certaines surprises aux salariés du pays. Voici les 16 pires mesures, qui nous ramènent directement vers le XIXe siècle.

Vol de salaire

1. Désormais, les temps d'astreinte (où vous devez rester au service de l'employeur, en-dehors de votre lieu de travail) ne seront plus indemnisés. Vous pourrez donc passer des nuits blanches à côté du téléphone, à attendre un éventuel coup de fil de votre patron... gratuitement ! Myriam El Khomri parvient ici à être plus libérale encore que le droit européen qui prohibe cette mesure. En outre, il n'est plus obligatoire de « demeurera son domicile ou à proximité afin de pouvoir intervenir sur le site rapidement. Bientôt des astreintes sur le lieu même de travail ?

Lire la suite : Loi El Khomri


Copyright © 2016 PG14 Rights Reserved.